Benoît Aubard

Benoît Aubard est étudiant à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 2010. Il obtient son DNAP en 2013 et poursuit sa formation au sein de l’atelier Jean-Luc Vilmouth. En 2014, il nourrit son travail d’expériences diverses, notamment via un stage à l’atelier de lithographie
 IDEM à Paris. Il remporte le prix du public lors du Prix Icart – Artistik Rezo 2015.

Inspiré du graffiti, de la publicité ou encore des chansons, ce jeune artiste utilise les mots présents autour de nous comme image. Grâce à la méthode du cut-up, son travail s’articule autour d’un jeu et de différents niveaux de lecture du texte. De cette façon, c’est au spectateur de recomposer le sens, d’avoir sa propre lecture.


Mon regard est attiré par les graffitis, les affiches publicitaires et leurs slogans, par la signalétique utilisant le texte. Il est attiré par tous ces mots écrits dans l’espace public censés nous parler mais que nous ne remarquons que partiellement. Chaque jour c’est un nouveau mélange de mots qui se crée. Telle la méthode du cut‐up que j’utilise régulièrement pour écrire des textes en français, suivant une règle particulière, mais aussi pour composer des affiches.

L’anglais est cependant la langue qui revient le plus souvent, certainement en raison des paroles de chansons, car la musique rock’n’roll et ses dérivés m’accompagnent tous les jours. L’anglais est une langue directe, comprise par beaucoup plus de personnes.

L’autre aspect de mon travail est lié à l’intérêt que je porte aux boîtes en carton et à l’édition. La capacité de pouvoir multiplier mon travail à travers les techniques d’impression allant de la simple photocopie en passant par la lithographie, la sérigraphie mais aussi la xylographie afin de tout pouvoir ranger et classer dans une boîte.

Les supports de mes textes s’articulent autour d’une idée d’économie de moyen et de récupération, de réutiliser l’objet déjà fabriqué avec ses qualités plastiques et esthétiques originelles ou bien dues au vécu de celui‐ci.